header pour mobile
À Morangis 12 692 habitants ont le pouvoir
Budget participatif | Groupes projets-actions | Assemblées des habitants | Assemblées des jeunes | Réunions de quartier | Journées citoyennes | Fabrique citoyenne

Cérémonie du 8 mai 2014

Mesdames et Messieurs les anciens combattants, Messieurs les porte-drapeaux Mesdames, Messieurs et vous les jeunes sapeurs pompiers et les enfants de nos écoles,

Morangissois de toutes les générations, nous sommes rassemblés aujourd'hui pour fêter le 69ème anniversaire de la Victoire.
Victoire sur le Nazisme,
victoire du monde civilisé sur la barbarie,
victoire du monde libre
Victoire attendue avec tant d'impatience par tous les peuples opprimés, livrés à la sauvagerie.

Le 8 mai 1945 marque la fin d'un long cauchemar, la fin d'une des plus grandes tragédies de l'histoire.

Au nom d'une idéologie faite de haine et d'intolérance, construite sur le mensonge, la peur, la cruauté, fondée sur la négation absolue de la dignité humaine, près de 60 millions d'hommes, de femmes et d'enfants, issus de tous les continents ont été sacrifiés ; des villes entièrement rasées n'étaient plus que des noms sur une carte, les bombardements, les arrestations, les déportations, la faim, la peur étaient le quotidien.

Le 8 mai 1945 c'est la fin de ce temps de la crainte et l'aboutissement du temps de l'espoir.

Le 8 mai 1945, si Morangis comme notre Pays étaient libérés de l'occupation nazie, depuis plusieurs mois,
c'était la fête parce qu'un père, un frère, un fils, un ami, prisonnier depuis 5 longues années allait bientôt rentré,
C'était la fête parce que les soldats et notamment les jeunes volontaires qui avaient poursuivi le combat de l'autre côté du Rhin jusqu'à la capitulation du IIIème Reich allaient revenir

C'était la fête... mais c'était aussi le recueillement en pensant à tous ceux qui ne reviendraient jamais, déportés, fusillés, tués dans les bombardements ou au combat.

Cette guerre a eu ses monstres et ses bourreaux, elle a eu également ses héros connus ou anonymes. Le 8 mai nous permet de rendre hommage à ces héros.

Au Général de Gaulle d'abord qui le premier a réveillé les consciences par son fameux appel du 18 juin 1940, c'est lui qui a permis à la France et à ses soldats d'être présents aux côtés des alliés dans toutes les batailles jusqu'à recevoir la capitulation de l'Allemagne nazie, et a ainsi permis à notre Pays de peser dans le concert des Nations.

Le 8 mai nous permet de rendre hommage à tous ces anonymes qui sauvèrent des milliers d'enfants juifs de l'extermination en les cachant, en leur procurant de faux papiers, en les faisant passer en pays neutres.

Le 8 mai nous permet de rendre hommage à toutes ces femmes et tous ces hommes épris de liberté et de justice qui se sont engagés dans la Résistance ou ont rejoint les maquis. Issus de tous les milieux, de toutes les origines, venus d'horizons politiques divers, ils ont su se fédérer autour d'un idéal commun : refuser de se soumettre à l'occupant et lutter de toutes leurs forces pour que notre pays recouvre sa liberté.

Le 8 mai nous permet aussi de revenir sur l'histoire

Il faut rappeler que dans la période de crise des années 30, le refus de l'autre, l'antisémitisme se sont développés dans nombre de pays d'Europe y compris dans le nôtre, la patrie des droits de l'homme.

Il faut rappeler que c'est légalement par les urnes qu'Hitler et le nazisme sont arrivés au pouvoir et qu'ainsi a pu se développer un régime basé sur le racisme, la xénophobie, le refus des droits de l'être humain.

Il faut rappeler que c'est ainsi que toute cette tragédie a commencé

Hors, aujourd'hui, dans une autre période de crise économique et morale, presque partout en Europe et singulièrement dans notre pays, des partis extrémistes qui remettent en cause les valeurs de démocratie et de tolérance progressent dans les consultations électorales.
L'étranger est de plus en plus le bouc émissaire innocent d'une société attaquée de toute part par la dictature des marchés financiers, la prééminence de l'argent roi, le chacun pour soi.

Alors, en ce jour de la commémoration de la victoire des valeurs de la Démocratie et des droits de l'homme sur la xénophobie et le racisme, N'oublions pas les leçons de l'histoire !

Rappelons nous aussi que c'est en se fondant sur la solidarité entre tous que notre pays a pu se relever, se reconstruire, se projeter dans l'avenir.

Rappelons qu'à partir du programme du Conseil national de la Résistance, un ordre social plus juste s'est imposé à la libération et nous a permis de mieux vivre ensemble dans le respect de chacun.

Rappelons Comment grâce à la volonté des pères fondateurs, les peuples et les nations d'Europe hier déchirés, sont aujourd'hui rassemblés sous la même bannière protégés depuis 69 ans des affres de la guerre. Car si notre Europe n'est pas exempte de critiques sur le plan de ses politiques économiques ou de son fonctionnement, il faut d'abord souligner qu'elle nous apporte cette richesse inestimable qui est de vivre en paix.
Et les évènements qui se déroulent actuellement en Ukraine à la frontière de notre Europe nous démontrent comment la Paix n'est jamais définitivement acquise et comment Jean Monnet , Robert Schuman, Alcide de Gasperi, Joseph Bech, Konrad Adenauer et tant d'autres visionnaires ... ont eu raison de construire cette Europe et comment nous aurions tort de la démolir. L'an prochain nous fêterons le 70ème anniversaire de la victoire. Au regard de ce que cet anniversaire recouvre de leçons pour notre monde aujourd'hui, je vous fais la proposition que toutes générations confondues nous travaillons dès maintenant ensemble pour faire du 8 mai 2015 un temps fort de la vie de notre Commune.

En ce jour de commémoration de la victoire des valeurs de la République et de la démocratie sur la barbarie, le racisme et l'antisémitisme méditons cette pensée du résistant héroïque que fut Pierre Brossolette « Ce que nos morts attendent de nous, ce n'est pas un sanglot mais un élan »

Pascal Noury, maire de Morangis