header pour mobile
À Morangis 12 692 habitants ont le pouvoir
Budget participatif | Groupes projets-actions | Assemblées des habitants | Assemblées des jeunes | Réunions de quartier | Journées citoyennes | Fabrique citoyenne

Cérémonie du 8 mai 2015

La guerre est gagnée!
Voici la Victoire!
C'est la Victoire des Nations Unies et c'est la Victoire de la France!

Voilà ce que disait le Général de Gaulle dans son message radiodiffusé le 8 mai 1945.
Mesdames et Messieurs les anciens combattants
Messieurs les porte-drapeaux,
Mesdames, Messieurs,
Et surtout vous les jeunes sapeurs pompiers et les enfants de nos écoles

Aujourd'hui, 70 ans après, nous ne commémorons pas un armistice, nous fêtons une victoire ! Non pas la victoire d'une Nation contre une autre, d'un peuple contre un autre mais la victoire sur l'oppression, la barbarie et la terreur, dans lesquelles une idéologie, le nazisme, avait plongé l'Europe et le monde.

70 ans c'est loin ! mais finalement pas tant que ça. Cette guerre, la 2ème guerre mondiale, vos arrière-grands parents l'ont vécue et ici autour de ce monument aux morts il y a des hommes et des femmes qui ont participé à ces évènements.

Le 8 mai 1945 marque, en Europe, la fin d'un long cauchemar. Il faudra encore quelques mois de combats dans le Pacifique et 2 bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki pour que le 2 septembre 1945 s'achève l'une des plus grandes tragédies de l'histoire. 60 millions d'hommes, de femmes, d'enfants issus de tous les continents sacrifiés, des crimes contre l'humanité perpétrés notamment dans les camps d'extermination, le génocide de 6 millions de juifs.

70 ans après, nous perpétuons le souvenir de ces victimes civiles et militaires,

victimes des champs de bataille, victimes des camps de concentration et d'extermination, victimes des bombardements, victimes des exactions les plus horribles…

70 ans après, nous rendons hommage aux héros connus ou inconnus de cette page de l'histoire mondiale.

Que cette cérémonie, nous rappelle que des âmes d'exception, partout en France et à l'étranger se sont élevées contre l'inacceptable.
Parmi ceux-ci, bien sûr le Général de Gaulle, Jean Moulin, Pierre Brossolette, Wiston Churchill mais aussi tant d'autres dont l'histoire n'a pas retenu les noms.
Parmi eux, des Morangissois, à qui nous rendons hommage aujourd'hui et ceux dont nous lirons les noms dans quelques instants, parce qu'ils ont donné leur vie en combattant pour la liberté.
Des gens simples qui ont agi selon leurs convictions, leur cœur, leurs valeurs pour continuer le combat, résister, protéger les juifs et tous ceux qui étaient persécutés. Ils n'étaient pas les plus nombreux mais ils sont la gloire de la France.

Ce sont ces patriotes qui ont fait honneur à notre pays, alors que l'Etat Français plongeait dans la pire des idéologies. Des patriotes fiers de notre République qui défendaient des valeurs universelles.

C'est ce patriotisme qu'il faut opposer au nationalisme
Ce nationalisme replié sur lui-même derrière ses frontières qui exalte un passé mythique et se défie de toutes les autres nations, ce nationalisme qui fait de l'étranger un bouc émissaire ce nationalisme qui se fonde sur une identité qui rejette l'universalité. Ce nationalisme qui a failli détruire l'Europe.

70 ans après, nous devons tirer les leçons de cette tragédie.

Il faut rappeler qu'à la fin des années 30, c'est dans un monde pourtant civilisé bien que troublé, que la barbarie s'est développée, sur fond de racisme, d'antisémitisme, de rejet des étrangers, et qu'elle a entrainé des hommes et des femmes à commettre les actes les plus abjects…

Alors qu'aujourd'hui, le monde ne va pas bien, sachons retenir les leçons du passé et nous montrer dignes de ceux qui ont péri lors de la seconde guerre mondiale. Sachons nous montrer patriotes, fiers de notre pays mais attentif aux autres, fiers de nos racines mais accueillants pour toutes les cultures, fiers de nos valeurs républicaines et fiers de les partager. Dans une France qui souffre au lieu de se barricader derrière des frontières aléatoires et de ressasser le passé choisissons l'espoir construit sur nos valeurs, celles de la République.

La Liberté si chèrement reconquise en 1945, la Liberté qui permet l'épanouissement de tous

L'Egalité toujours plus fragile mais dont il faut rappeler qu'elle a permis à notre pays de se relever à la libération sur la base du programme du Conseil national de la Résistance. L'égalité indispensable pour bien vivre ensemble.

La Fraternité. Combien il en a fallu de la fraternité pour reconstruire après cette terrible guerre l'amitié Franco allemande dont notre jumelage avec Plaidt est une des illustrations. Et comme il en fallu de la fraternité pour construire une Europe qui rassemble aujourd'hui sous la même bannière des peuples et des nations hier déchirés les protégeant des affres de la guerre depuis 70 ans.

La Fraternité restée trop longtemps en retrait dans notre devise républicaine mais qui donne tout son sens à l'idéal républicain.

Pour préparer un avenir plus juste, plus agréable pour tous, ensemble nous devons, comme l'ont fait nos ainés relever le défi en nous appuyant sur les valeurs qui font notre identité des valeurs qui ont soutenu les combats de ceux à qui nous rendons hommage aujourd'hui, les valeurs qui nous rassemblent, les valeurs de la République

Pascal Noury, maire de Morangis