header pour mobile
À Morangis 12 692 habitants ont le pouvoir
Budget participatif | Groupes projets-actions | Assemblées des habitants | Assemblées des jeunes | Réunions de quartier | Journées citoyennes | Fabrique citoyenne

Cérémonie du 8 mai 2016

Mesdames et Messieurs les anciens combattants
Messieurs les porte-drapeaux,
Mesdames, Messieurs,
Et surtout vous les jeunes, jeunes sapeurs pompiers, jeunes citoyens et les enfants de nos écoles

Comme chaque année, nous nous retrouvons devant le monument aux morts non seulement pour commémorer la fin d'une guerre et rendre hommage à ses victimes mais pour fêter une victoire, la victoire de la liberté sur la barbarie.
Il y a 71 ans, le 8 mai mettait fin, en Europe, à 6 années d'une guerre terrible. Mais à travers le monde, la seconde guerre mondiale continuait à dérouler ses horreurs pour ne finir que le 2 septembre après l'explosion des bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki.

Devant ce monument aux morts, nous devons nous souvenir combien cette guerre monstrueuse arracha de vies humaines, sur les champs de bataille, sous les bombardements, dans les camps de concentration et d'extermination.
Plus de 60 millions de morts sur tous les continents et combien de souffrances !
Et toutes ces horreurs, tous ces drames à cause d'une idéologie, le nazisme, idéologie aussi immonde qu'inhumaine qui avec la complicité des semeurs de haine, des chantres du racisme et de la xénophobie, des prophètes de la violence s'était abattue sur le monde pour le mettre à sa botte.

En ce jour, nous perpétuons le souvenir de toutes les victimes de cette tragédie.

En ce jour, nous rendons hommage à ceux qui ont agi et combattu pour lutter contre le nazisme.
Nous rendons hommage à ceux qui n'ont pas accepté l'armistice de 1940 et ont eu le courage de rejoindre le général de Gaulle.
Nous rendons hommage à ceux qui ont eu le courage de s'engager dans la résistance, de rejoindre le maquis et ont participé à la libération de notre pays.
Nous rendons hommage à ceux qui se sont engagés après la libération pour poursuivre le combat, au-delà de nos frontières, alors que dans notre pays, doucement la vie reprenait son cours Nous rendons hommage, à ces justes qui, au péril de leur vie, ont protégé et sauvé des juifs pourchassés pour être exterminés par les autorités allemandes et celles de l'Etat français.

Dans la France troublée des années de guerre, ce sont ces Français là, qui au côté de Charles De Gaulle, Jean Moulin, Pierre Brossolette, Germaine Tillion, Lucie Aubrac… ont démontré leur patriotisme. Anonymes ou célèbres, ils étaient relativement peu nombreux mais ils sont l'honneur de notre pays. Tous des patriotes, qui en défendant la France, fiers de leur patrie, servaient une cause qui la dépassait, défendaient des valeurs universelles.

Des dizaines de millions de victimes, des vies anéanties, des souffrances indescriptibles,
Des milliers d'anonymes qui ont continué le combat, qui ont entretenu la flamme en consentant des sacrifices inouïs.
Cette cérémonie que nous célébrons ensemble est bien évidemment d'abord la leur !

Mais méditons cette pensée du résistant Pierre Brossolette « Ce que nos morts attendent de nous, ce n'est pas un sanglot mais un élan »
Oui, le rappel des souffrances des générations qui nous ont précédés doit baliser le chemin de nos réflexions et le sens de notre action.
Oui, nous devons nous pencher sur l'histoire et en tirer des leçons car l'histoire est pour un peuple ce que la conscience est pour un homme.
Alors, Il faut rappeler que c'est légalement par les urnes qu'Hitler et le nazisme sont arrivés au pouvoir et qu'ainsi a pu se développer un régime basé sur le racisme, la xénophobie, le refus des droits de l'être humain.

Il faut rappeler que dans la période de crise des années 30, le refus de l'autre, l'antisémitisme se sont développés dans nombre de pays d'Europe y compris dans le nôtre, la patrie des droits de l'homme contribuant ainsi aux drames de la seconde guerre mondiale.

Aujourd'hui, dans une autre période de crise économique et morale, nos sociétés de liberté sont attaquées au nom d'une idéologie qui s'apparente au nazisme. Le terrorisme a frappé sauvagement et durement notre pays et fait de nombreuses victimes à travers le monde.

Alors, en ce jour de la commémoration de la victoire des valeurs de la Démocratie et des droits de l'homme sur la xénophobie et le racisme, sachons tirer des leçons de l'histoire !

Rappelons sans cesse que les extrémismes de toutes sortes, aussi bien politiques que religieux, que les dictateurs, les partisans d'une intolérance exacerbée à toutes les époques, ont toujours profité de la misère sociale, du désarroi, de la peur pour désigner des boucs émissaires et engager leur œuvre de destruction.

Et rappelons aussi que c'est, à l'initiative du Conseil national de la résistance, sur un ordre social plus juste, sur une solidarité plus grande, sur une République réaffirmée que notre pays s'est relevé, reconstruit, s'est projeté dans l'avenir.

Aujourd'hui encore, face au terrorisme des fanatiques religieux, face à un système qui génère des inégalités toujours plus grandes qui produit de la misère et de l'exclusion, pour lutter contre les troubles de l'époque et préparer un avenir heureux, nous avons besoin de patriotisme.
Et être patriote en 2016 comme en 1940, c'est se montrer fidèle à la France issue de la Révolution, à la France porteuse des valeurs universelles des Droits de l'homme, fier de notre pays mais attentif aux autres, fier de nos racines mais accueillants pour toutes les cultures, fier de nos valeurs républicaines et fier de les partager.
Montrons nous fidèles à ceux qui ont fait la victoire du 8 mai 1945, en affirmant haut et fort notre idéal républicain et en agissant chacun, dans nos responsabilités respectives, en tout endroit de nos vies, qu'elles soient professionnelles, sociales et même familiales pour en réaliser concrètement les promesses.

- Plus de liberté
- Plus d'égalité
- Plus de fraternité
Voilà les combats qu'ensemble nous devons mener pour que tous nos enfants puissent s'épanouir dans un univers de respect mutuel, de tolérance, de fraternité et de paix.

Pascal Noury, maire de Morangis