header pour mobile
À Morangis 12 692 habitants ont le pouvoir
Budget participatif | Groupes projets-actions | Assemblées des habitants | Assemblées des jeunes | Réunions de quartier | Journées citoyennes | Fabrique citoyenne

Histoire locale, l'école Edouard Herriot

Edouard Herriot est né à Troyes le 5 juillet 1872 .
Jeune professeur agrégé, il enseigne la rhétorique.
Il s'essaiera à l'écriture et recevra un prix de l'Académie des sciences morales et politiques.
Sa carrière politique commence en 1904 par son entrée au conseil municipal de Lyon.
Engagé dans l'affaire Dreyfus aux côtés de Emile Zola et d'Anatole France, il fonde la section lyonnaise de la ligue des droits de l'homme.
Il sera Président du conseil à plusieurs reprises et sous son gouvernement, le ministère de l'Instruction publique devient celui de l'Education Nationale.
En 1942 il renvoie sa Légion d'honneur au Maréchal Pétain pour protester contre son attribution à la LVF (volontaires Français qui se battront sur le front Russe sous l'uniforme allemand. Ils participeront au massacre de civils aux côtés des SS).
Il sera arrêté en 1944 et déporté.
Il quitte la vie politique en 1953 pour raison de santé. C'est à lui que l'on doit l'expression de «Français moyen». Il est lauréat du prix international de la paix en 1954.

Madame Suzanne GRISAT sera la première directrice de l'école des filles et Monsieur DUTEIL, le directeur de l'école des garçons.

En 1972, la direction devient unique et c'est Monsieur René GRIFFON qui en assure la direction.

Au fil des ans, un gymnase et une aire de sport complèteront les installations du groupe scolaire. La cantine et le réfectoire seront agrandis pour accueillir les nombreux demi-pensionnaires.

Après la guerre, la démographie augmente et l'école Louis Moreau devient trop petite.
Le nouveau groupe scolaire Edouard Herriot accueillera ses premiers élèves en septembre 1957.
Durant ce même hiver, une partie du toit s'envolera sous les bourrasques de vent.

Des logements de fonction seront mis à la disposition des instituteurs. Une clôture séparait l'école des filles de celle des garçons. Elle disparaitra en 1972, avec la mixité.

Le 14 juillet 2011, la plaque «Liberté, égalité, fraternité» est apposée sur la façade en présence de Monsieur le maire et d'élus et du maire de la ville jumelée de Pechao.
herriot herriot herriot
herriot herriot herriot
herriot herriot herriot
herriot