Vivre à Morangis

Ligne 14 à Morangis

Ligne 14 à Morangis

Conférence de presse du 8 avril 2021 à Morangis

Conférence de presse jeudi 8 avril 2021 à l'Espace Saint-Michel en compagnie de tous les acteurs du territoire pour l'arrivée d'une gare à Morangis. 

Ligne 14, ligne 18 : la mobilisation continue !

Madame le Maire Brigitte Vermillet remerçie tous les participants présents lors de cette conférence pour leurs interventions et leurs échanges constructifs :

François Durovray, Président du Département de l'Essonne - Grégoire de Lasteyrie, Maire de la Ville de Palaiseau - Michel Leprêtre, Président du Grand-Orly Seine Bièvre - Robin Reda, Député de l'Essonne - Nathalie Lallier-Michelet, Maire de la Ville de Paray-Vieille-Poste - Jean-Marc Defremont, Maire de la Ville de Savigny-sur-Orge -  Rafika Rezgui, Maire de la Ville de Chilly-Mazarin - Christine Janodet, Maire de la Ville d'Orly - Jean-Jacques Grousseau, Maire de la Ville d'Athis-Mons - Jean-Luc Laurent, Maire du Kremlin-Bicêtre - Célia Darrisse, Société du Grand Paris

Si le projet du Grand Paris Express répond à une volonté d’accroître le rayonnement de la Région capitale dans une concurrence globale entre les grandes métropoles internationales, il doit avant tout se faire au service des habitants et des usagers dans les territoires. Par son dynamisme économique et sa jeunesse, par son excellence universitaire et académique, mais aussi par la richesse de sa biodiversité et de ses espaces naturels, l’Essonne contribue fortement à l’attractivité de la région.

Alors que le Grand Paris Express traverse leur territoire, les Essonniens doivent en être les premiers bénéficiaires. L’Essonne ne saurait être réduite à une voie de garage, elle doit être une destination du Grand Paris Express. En l’état actuel du projet, après avoir subi les nuisances des travaux les habitants de l’Essonne ne bénéficieront pas du nouveau métro. Ce n’est pas acceptable. C’est pourquoi je m’engage avec fermeté au nom du Département en faveur du prolongement au Sud de la ligne 14 à Morangis, ainsi que pour l’allongement à l’Est de la future ligne 18 au quartier Camille Claudel à Palaiseau, qui constituent des solutions pertinentes pour accompagner et connecter des territoires qui connaissent aujourd’hui une forte croissance démographique et une demande de mobilité toujours plus importante. Au regard des enjeux de transition écologique sur notre territoire, il serait incompréhensible que l’on prive les habitants de l’Essonne du métro.

Nous travaillons donc activement auprès de l’État et de la SGP, avec l’ensemble des élus du territoire à faire évoluer le schéma d’ensemble du Grand Paris Express et à garantir la desserte de l’Essonne.
François DUROVRAY
Président du Département de l’Essonne
Le chantier du Grand Paris Express représente une véritable opportunité pour tout un territoire, en répondant tant au désenclavement de sites excentrés de banlieue qu’au développement du pôle d’Orly. La réalisation de la liaison rapide en métro automatique entre Paris et l’aéroport d’Orly en 2024 ainsi qu’entre l’aéroport d’Orly, Massy et au-delà le plateau de Saclay est une avancée notoire. Pour autant, il importe que ce réseau lignes 14 et 18 puisse bénéficier au plus grand nombre d’habitants du territoire par la création de stations complémentaires.

À l’échelle locale, le secteur Nord Essonne présente un réseau routier saturé, particulièrement aux accès de l’A6, l’A10 et un goulot d’étranglement du tunnel de la RN 7 sous les pistes d’Orly où la plateforme aéroportuaire constitue une véritable barrière physique. Au regard des nombreux projets de développement économique et de la poussée démographique attendus sur le pôle d’Orly et du déficit actuel d’accessibilité, il est vital également que l’offre de transport réponde aux enjeux de transition écologique. Le prolongement des voies du métro au sud de la plateforme aéroportuaire, offre la possibilité de réaliser à moindre coût une station à Morangis. Le Grand-Orly Seine Bièvre a commissionné un cabinet spécialisé pour réaliser une étude de faisabilité et d’opportunité concernant cette station.

Les premiers éléments portant sur le diagnostic et les enjeux du territoire présentés en comité technique le 15 mars dernier, nous confortent dans ces demandes. Prochaine étape à la mi-avril, le comité technique planchera sur la seconde phase d’opportunité.
La mobilisation continue !
Brigitte VERMILLET
Maire de Morangis et Vice-Présidente du Département de l’Essonne
Je me tiens aux côtés des maires des villes concernées du territoire et bien au-delà afin d’œuvrer pour le prolongement des lignes 14 et 18 du Grand Paris Express. Quand nous parlons des oubliés du Grand Paris Express, nous ne parlons pas de nous élu-e-s, mais nous parlons des habitants. Car oui ce sont eux les grands oubliés.

Le prolongement de ces lignes est nécessaire pour répondre au problème de saturation routier. Toute personne qui s’est retrouvée sur la RN7 au niveau du tunnel sous les pistes de l’aéroport et sur la RN6 pourra témoigner de cette nécessité. Répondre à ces engorgements routiers, c’est apporter un début de réponse aux enjeux écologiques que nous connaissons tous.

Dans ce domaine, il va s’en dire : « Agir n’est plus une option ». Permettre une meilleure desserte en transport en commun c’est aussi permettre un meilleur accès à l’emploi, à la formation et aux établissements de santé. Des enjeux qui en cette période de crise sanitaire ne vont qu’aller en s’accroissant. Là encore « Agir n’est plus une option ! »

C’est pourquoi, l’Etablissement Public Territorial Grand-Orly Seine Bièvre s’engage dans la poursuite des études déjà engagées avec les maires concernés, afin de faire évoluer le schéma d’ensemble du Grand Paris Express et de garantir la desserte de l’Essonne.
Michel LEPRÊTRE
Président du Grand Orly Seine-Bièvre et Vice-président de la Métropole du Grand Paris, délégué à l’amélioration de l’habitat Conseiller municipal de Vitry-sur-Seine
Le Grand Paris Express nous offre l’opportunité de moderniser notre réseau de transports en Ile-de-France. Il va permettre de décloisonner nos territoires, désengorger le RER et contribuer à une moindre utilisation de la voiture ! Ce nouveau métro est une chance unique à ne pas manquer !
Et pour cela, il y a trois priorités essentielles à prendre en compte.

La première priorité, c’est de garantir que le calendrier sera respecté. Ce qui signifie notamment que le premier tronçon de la ligne 18 CEA saint Aubin- Massy-Palaiseau doit être achevé comme prévu en 2026 !

La deuxième priorité est d’assurer une concertation large afin que ce projet soit pleinement partagé par tous. Et cela veut dire, en ce qui concerne la ligne 18, une attention particulière aux intérêts de nos agriculteurs, avec la prise en compte des fonctionnalités agricoles et environnementales et la sanctuarisation de la ZPNAF.

Enfin, la troisième priorité, c’est d’adapter le schéma d’ensemble quand cela est justifié localement en créant de nouvelles gares de voyageurs : comme à Morangis (pour la ligne 14) et Palaiseau (pour la ligne 18).

De ce point de vue les instructions du Premier ministre, conformément aux paroles de Président de la République - qui demandent au préfet de l’Essonne un examen spécifique de ces deux demandes - vont dans le bon sens !
Grégoire DE LASTEYRIE
Président de la Communauté d’Agglomération Paris-Saclay, Conseiller Régional Ile-de-France et Maire de Palaiseau

La presse en parle !

Les enjeux et impacts d'une gare routière à Morangis

Les enjeux d'une gare routière à Morangis sont nombreux : 

  • Désenclaver les communes nord-essonniennes au sud de la plateforme aéroportuaire d’Orly
  • Faciliter l’accès aux pôles d’emplois sur et au nord de la plateforme aéroportuaire
  • Faciliter l’accès à l’emploi sur la commune de Morangis
  • Répondre au problème de saturation des infrastructures routières et limiter le trafic de transit au sein des communes
  • Proposer un transport en commun performant, direct et adapté pour les employés et les étudiants vers le nord et l’ouest
  • Garantir un accès aux établissements de santé
  • Faciliter l’accès au GPE pour les habitants du nord de l’Essonne
  • Répondre aux objectifs de la Zone à Faibles Emissions

Pour des impacts durables :

  • Meilleure accessibilité vers le nord et au GPE :
    • réduction des temps de parcours
    • amélioration du niveau d’offre : amplitudes horaires et fréquence
    • amélioration de la performance : diminution des retards et de l’irrégularité
  • Report modal :
    • réduction de la congestion routière et des accidents
    • réduction des coûts de transport pour les usagers
    • réduction de la pollution de l’air et sonore
  • Meilleure attractivité du territoire :
    • meilleure attractivité résidentielle
    • meilleure attractivité pour les entreprises, en améliorant les liaisons entre pôles économiques (échanges) et zones d’habitat (accessibilité desemployés)
  • Exploitation de la ligne 14 :
    • augmentation de la fréquentation de la ligne 14  potentiel risque de saturation sur certains tronçons (entre Gare de Lyon et Châtelet) ?
    • allongement de la ligne, impacts sur le retournement, les temps résiduels et potentiellement le nombre de rames pour l’exploitation
  • Site d’insertion :
    • transformation de terres arables et artificialisation des sols
    • impacts sur le fonctionnement du terminus, et du SMR (en particulier sur le remisage des rames)
    • modification des travaux planifiés et augmentation de la gêne occasionnée (nouveau phasage pour la construction de la station tout en exploitant la ligne jusqu’à Orly)

La mobilisation continue !

> Feuille de route interministérielle

Dans la feuille de route interministérielle rédigée par le Premier Ministre, adressée au Préfet de l’Essonne le 23/03/2021, il est demandé d'émettre des propositions ciblées et concrètes susceptibles d’être engagées dans un délais de 2 ans. Le Département devra s'inscrire dans une nouvelle dynamique d'attractivité durable, permettant au teritoire d'exprimer tout son potentiel et de renforcer son rayonnement avec l'intégration des infrastructures de transport du Grand Paris dans les territoires qui les accueillent et qu’ils contribuent à desservir. Dans ce cadre, le Premier Ministre sollicite un examen spécifique des demandes de nouvelles gares à Palaiseau et à Morangis.

Nous suivrons avec intérêt cette feuille de mission.

 

> Seconde étape de la phase d'opportunité de l'étude

  • Estimation de la fréquentation de la gare de Morangis et impact sur la charge de la ligne 14
  • Analyse quantitative des impacts environnementaux
  • 1ère estimation financière
  • Analyse qualitative des autres impacts du projet

Prochain Comité Technique : 2nde quinzaine d’avril 2021

> Attente de rendez-vous ministériel

Le collectif d'élus et d'acteurs de proximité est dans l’attente d'un entretien avec Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué auprès de la Ministre de la Transition écologique, chargé des Transports.